While No One Was Looking: An Art Exhibition & Magazine Release

AHCS GSA

Company website

l’Association des étudiants de cycle supérieur en histoire de l’art et études en communication de McGill (AHCS GSA) vous invite à porter un regard critique sur le 375e anniversaire de Montréal.

While No One Was Looking présente une exposition d'art, un magazine imprimé, une table ronde d'artistes, une projection de film, et une mini exposition, qui commémore Montréal comme ville des peuples autochtones, des immigrants et des réfugiés. Le projet vise à souligner d'expériences et d'histoires marginalisées et de décentrer les célébrations dominantes du colonialisme.

Le vernissage de l'exposition et le lancement du magazine auront lieu le vendredi, 28 avril 2017 de 19h à 23h. L'exposition restera libre et ouverte au public pendant deux semaines; les copies du magazine seront gratuites et disponibles.

***

The McGill Art History & Communications Studies Graduate Student Association (AHCS GSA) invites you to turn a critical eye on Montreal’s 375th anniversary.

While No One Was Looking presents an art exhibition, print magazine, film screening, and artist panel discussion that commemorate Montreal as a city of Indigenous peoples, immigrants, and refugees. The project aims to foreground marginalized experiences and histories, and decenter dominant celebrations of colonialism.

The vernissage and magazine release will take place on Friday, April 28, 2017 from 7 – 11 pm. The exhibition will remain free and open to the public for two weeks; complimentary copies of the magazine will be available.

360 minutes
Retardataires / Latecomers : 360 minutes

Coming Soon

Mirov concentre son art autour de l’expérience humaine. Que ce soit dans ses toiles imposantes ou encore dans ses œuvres de street art qu’elle appose clandestinement dans les rues de Montréal, Mirov a toujours le même but: plus loin le questionnement des gens envers leur propre nature, leur perception de soi, leurs peurs et leurs propres limites.

Deux mondes. Celui de l'extérieur, avec toutes les incertitudes et le brouhaha de la vie réelle. Celui de l'intérieur, un petit appartement tranquille où vivent trois jeunes adultes. Louis, qui lit beaucoup trop le journal, a des difficultés à contrôler ses angoisses. Charlotte, qui passe d'un gars à l'autre, ne s'aime tout simplement pas. Et Anna, qui sent qu'elle est remplie de pus, se déguise, car tout est plus simple quand elle est déguisée. Ah oui! Il y a aussi cette voix robotique qui nous parvient du téléphone pour nous annonce la fin du monde...

Douce Orageuse est une ode à l'amitié.
C'est une création qui cherche la connexion, la métamorphose.
Douce Orageuse est une exploration de moi et des autres.
Dans une confiance sans limite, que je me suis toujours permise avec vous, je m'ouvre sincèrement.
Guidée par un besoin de compréhension, j'explore les notions larges et compliquées qui habitent ma vie et qui habitent la vie de mes amiEs; la santé mentale et le militantisme.